• jjsibilla

Idéal Maîtresse

Langage cuit (1923)


Je m'étais attardé ce matin-là à brosser les dents d'un

joli animal que, patiemment, j'apprivoise. C'est un camé-

léon. Cette aimable bête fuma, comme à l'ordinaire,

quelques cigarettes, puis je partis.

Dans l'escalier je la rencontrai. " Je mauve ", me dit-

elle et tandis que moi-même je cristal à pleine ciel-je à

son regard qui fleuve vers moi.

Or il serrure et, maîtresse! Tu pitchpin qu'a joli vase

je me chaise si les chemins tombeaux.

L'escalier, toujours l'escalier qui bibliothèque et la

foule au bas plus abîme que le soleil ne cloche.

Remontons! mais en vain, les souvenirs se sardine!

à peine, à peine un bouton tirelire-t-il. Tombez, tombez!

En voici le verdict : " La danseuse sera fusillée à l'aube

en tenue de danse avec ses bijoux immolés au feu de son

corps. Le sang des bijoux, soldats! "

Eh quoi, déjà je miroir. Maîtresse tu carré noir et si

les nuages de tout à l'heure myosotis, ils moulins dans

la toujours présente éternité.


"Corps et biens"

Posts récents

Voir tout

L'ode à Coco (1919)

Coco! perroquet vert de concierge podagre, Sur un ventre juché, ses fielleux monologues Excitant aux abois la colère du dogue, Fait surgir un galop de zèbres et d'onagre. Cauchemar, son bec noir plong

SI TU SAVAIS

A la mystérieuse (1926 ) Loin de moi et semblable aux étoiles, à la mer et à tous les accessoires de la mythologie poétique, Loin de moi et cependant présente à ton insu, Loin de moi et plus silencie

LES GRANDS JOURS DU POETE

Les disciples de la lumière n'ont jamais inventé que des ténèbres peu opaques. La rivière roule un petit corps de femme et cela signifie que la fin est proche. La veuve en habits de noce se trompe de

© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com