• jjsibilla

Art Poétique

Mis à jour : févr. 15


La ballade du sous-main chante la terre épique

du roman dé-oeuvré par de belles paroles j'ouvre et je

referme mon plat quand un Taon pique.Sachez conduire

à cette fin dernière en cette dernière fin des lieux

perdus de désir.L'ouvrage avance de la paume une marche

désolée.


Oubli cette oeuvre est pierre, sème dans le crépuscule

la vision muette vaguement honteuse du miroir.


Cette image est une histoire.


Le répit une ligne démente du regard.Sachez savoir

un mentir inverti de la moire.Valeur des torrents,faut-il

souffrir d'un caprice l'illusion lisse et riche ?


Il n'est pas de répit au mal.


Sachez le, rien ne défait les mots exhumés du savoir.

Un accord plus fort que l'alcool s'étend sur le vrai aride

du désert et mord.


Oracle et paroles prêchées sont sans histoire.


Sans passé.

Il n'y a rien.Passe donc la Sirène.

C'est sans gloire que le poète aspire à se vivre,

il n'y a rien, il n'y a plus jamais rien qui reste.


Cette sorte de nudité ne l'appelez pas poésie.

Car c'est vrai.





Posts récents

Voir tout

Pour toi Villon

Pour toi Villon, J'ai pissé en Latin de la copie verte Les Algues sont charmantes et Il devient de plus en plus mortel de sortir de terre Majoré par de belles promises Je hume la posture du ciel Je ha

FLASHS II

Idem qui fuit Suivi par Cervelas Rattrapé par Untel Tué par moi. Foutre, de bon coeur Une bonne fois Je suis terrible Et ma commère est la foi. Ah divins ! Vous m'avez blessé Avec vos espinglettes Moi

© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com