• jjsibilla

Serge Essénine (1895-1925)

Mis à jour : janv. 16





LA CONFESSION D'UN VOYOU

-----------------------------------------------------------------------------------

traduit par ARMAND ROBIN

AUX EDITIONS DU SEUIL (1949)

------------------------------------------------------------------------------------


Ce n'est pas tout un chacun qui peut chanter.

Ce n'est pas à tout homme qu'est donné d'être pomme

Tombant aux pieds d'autrui.


Ci-après la toute ultime confession,

Confession dont un voyou vous fait profession.


C'est exprès que je circule, non peigné,

Ma tête comme une lampe à pétrole sur mes épaules.

Dans les ténèbres il me plaît d'illuminer

L'automne sans feuillage de vos âmes.


C'est un plaisir pour moi quand les pierres de l'insulte

Vers moi volent, grêlons d'un orage pétant.

Je me contente alors de serrer plus fortement

De mes mains la vessie oscillante de mes cheveux.

C'est alors qu'il fait si bon se souvenir

D'un étang couvert d'herbe et du rauque son de l'aulne

Et d'un père, d'une mère à moi qui vivent quelque part,

Qui se fichent pas mal de tous mes poèmes,

Qui m'aiment comme un champ, comme de la chair,

Comme la fluette pluie printanière qui mollit le sol vert.

Ils viendraient avec leurs fourches vous égorger

Pour chaque injure de vous contre moi lancée.


Pauvres, pauvres paysans !

Sans doute vous êtes devenus pas jolie

Et toujours vous craignez Dieu et les poitrines des marécages

Oh ! si seulement

Vous pouviez comprendre qu'en Russie votre enfant

Est le meilleur poète.

Craignant pour sa vie, n'aviez-vous pas du givre au coeur

Lorsqu'il trempait ses pieds nus dans les flaques

d'automne ?

Il se promène en haut de forme aujourd'hui

Et en souliers vernis.


Mais en lui vit toujours l'inconvenance de l'ancienne

Souche de farceur villageois.

A chaque vache à l'enseigne des boucheries

Il commence de loin à faire son compliment;

Et quand sur la grande place il rencontre un cocher,

Au souvenir de l'odeur de fumier dans les champs où il est né,

Il est prêt à porter la queue de chaque jument

Comme la traîne d'une robe d'épousée.


J'aime ma Russie

J'aime immensément ma Russie.

Bien qu'en elle la rouille de la tristesse se penche en saule.

Elles me sont douceur, la gueule sale des cochons

Et dans la paix des nuits la voix sonore des crapauds.

Je suis tendrement malade de souvenirs d'enfance.

La torpeur, la moiteur des soirs d'avril hantent mes

songes.


On dirait que notre érable pour se chauffer

S'accroupit devant le brasier de l'aube.

O quantes fois aux branches grimpé j'ai

Pour dénicher ou la pie ou le geai !

Est-il toujours le même, le chef tout en verdure ?

Et son écorce comme jadis est-elle dure ?


Et toi, mon ami,

Mon fidèle chien tacheté ?

La vieillesse t'a fait glapissant, aveugle,

Et tu traînes par la cour, tirant ta queue pendante

Et le flair oublieux des portes et de l'étable.

Oh ! qu'ils me sont chers tous nos jeux de gamins :

A ma mère je volais un quignon de pain

Et nous y mordions tous les deux tour à tour

Sans jamais nous dégoûter l'un de l'autre !


Je n'ai pas changé.

Comme coeur je n'ai pas changé.

En bleuets dans les blés mes yeux fleurissent dans mon visage

Etalant, paille dorée, la natte de mes poèmes

J'ai envie de vous dire quelque chose de doux :

<< Bonne nuit !

<< A vous tous bonne nuit ! >>

Sur le pré crépusculaire la faux rouge du couchant

Ne tinte plus. Aujourd'hui me prend envie

De pisser par la fenêtre sur la lune.


La lumière est bleue, d'un tel bleu !

Dans un tel bleu même mourir ne serait pas un mal.

Qu'importe si j'ai l'air d'un cynique

Qui s'est accroché une lanterne au derrière !

Vieil et brave Pégase harassé,

Qui-je besoin de ton mou trottinement ?

Ma caboche, tel un mois d'août, va s'écoulant

Goutte à goutte en vin de cheveux écumants.



Je veux être la jaune voile.

Tendue vers ce pays vers qui nous faisons voile.



------------------------------------------------------------------------------------

AU REVOIR, AMI....

-------------------------------------------------------------------------------------

traduit par GABRIEL AROUT

LES EDITIONS DE MINUIT (1967)


Poème écrit par Essénine avec son

sang, la nuit de son suicide.



Au revoir, ami, j'ai mal à l'âme.

C'est si dur de me heurter aux gens.

Cette vie n'est que souffrance et drame,

Cette vie ignore le bonheur.


Au revoir. Les chandelles sont mortes.

J'ai si peur de partir dans le noir.

Toute sa vie, frapper à une porte

Et rester, tout seul, ainsi, un soir.


Au revoir, quittons-nous en silence.

C'est bien mieux, ainsi, plus tendre aussi.

J'ai passé le temps des espérance

Orgueilleuses et des amours transis.


Je te quitte, adieu, ami fidèle,

Ami, que je porte dans mon coeur.

La séparation n'est pas cruelle

Qui promet une rencontre, ailleurs.


Evitons les mains, le mot suprême.

Sans chagrin, sans froncer les sourcils.

Quoi, mourir n'est pas un vrai problème.

Vivre --- hélas --- n'est pas nouveau, aussi....


-----------------------------------------------------------------------------

До свиданья, друг мой, до свиданья.

Милый мой, ты у меня в груди.

Предназначенное расставанье

Обещает встречу впереди.


До свиданья, друг мой, без руки, без слова,

Не грусти и не печаль бровей,-

В этой жизни умирать не ново,

Но и жить, конечно, не новей.

-----------------------------------------------------------------------------


Au revoir, mon ami, au revoir,

Mon tendre ami que je garde en mon cœur.

Cette séparation prédestinée

Est promesse d’un revoir prochain.


Au revoir, mon ami, sans geste, sans mot,

Ne sois ni triste, ni chagrin.

Mourir en cette vie n'est pas nouveau,

Mais vivre, assurément, n'est pas plus neuf.

© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com